Logo des 35 ans du saild

Est-Cameroun : Les paysans font leurs premiers pas en apiculture

Les populations de Tête d’Eléphant, Liguim et Lom 1 du département du Lom-et-Djerem,
dans l’Est-Cameroun ont bénéficié d’une formation sur les techniques modernes de
production apicoles du 13 au 22 mai 2024.

Savoir ce qu’est l’apiculture, les techniques de production apicoles, les produits issus et les intérêts de cette activité sont les objectifs d’un atelier de formation initié par le Service d’Appui aux Initiatives Locales de Développement (SAILD). Les bénéficiaires sont 15 paysans des villages Tête d’éléphant, Liguim et Lom1 du département du Lom-et-Djerem, dans la région de l’Est-Cameroun.

Au menu, dix jours de formations théoriques et pratiques. Au cours de la phase théorique, les participants ont reçu des connaissances sur la biologie des abeilles, leur reproduction ; leur logement et leur alimentation.  Ils ont également pris connaissance du matériel apicole constitué de la ruche, l’enfumoir, la combinaison, le voile apicole, le lève cadre, la brosse à abeille, les gants apicoles et les nourrisseurs. De même, des produits apicoles dont le miel, la cire, la gelée royale, la propolis et les colonies d’abeilles. Annie Florence Youbissie, ingénieur agronome experte en apiculture (formatrice) n’a pas manqué de mettre l’accent sur les multiples avantages de l’apiculture, notamment sur les rendements des cultures des plantes et sur la santé humaine.

45 ruches installées

La phase pratique quant à elle était basée sur la fabrication et l’installation des ruches sous la
supervision des experts. Après l’assemblage des pièces de planche déjà usinées afin d’obtenir des ruches, les participants ont procédé à la désinfection du corps de la ruche et des barrettes à
l’aide de la chaleur du feu de bois et de gaz.
Au terme de la formation, le bilan est satisfaisant et les objectifs sont atteints. Un total de 45 ruches ont été installés dans les 3 villages : Tête d’Eléphant, Liguim et Lom 1. Les bénéficiaires en sont ravis. De ce fait, ils ont tenus à exprimer leurs gratitudes à l’endroit des initiateurs de ce projet et souhaitent que des actions comme celle-ci soient multipliées.

Les techniques modernes de production apicoles vulgarisées dans ces communautés riveraines
du Parc National de Deng Deng, leurs permettront de continuer à mener leurs activités de subsistance tout en cohabitant avec l’aire protégée sans que son intégrité écologique soit menacée.
Encore une réussite pour le projet OC-Deng Deng, dénommé « optimisation de la
conservation du Parc National de Deng Deng à travers le renforcement des capacités des
communautés locales riveraines sur les pratiques agroécologiques » initié par le SAILD sous financement de l’UICN à travers le programme BIOPAMA.

machesharon1@gmail.com

Partagez l'article sur

Facebook
LinkedIn
Twitter
Email
WhatsApp

Laisser un commentaire

Voir également

Triez par catégories

Partagez les articles

Accédez à notre newsletter

Et recevez continuellement et en exclusivité dans votre boite mail, les actualités du SAILD

NEWSLETTER

Abonnez-vous  et recevez gratuitement et en exclusivité dans votre boite mail, toutes les informations et activités du saild